Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 2580 Image N° 294 Image N° 257 Image N° 271
(266)Dépasser la tolérance pour vivre le respect.
[D] 
(239)Là où se trouve la haine, Que nous apportions l Amour...
[D] 
(249)Au même instant, ce fut comme si des écailles tombaient des yeux de Saul et il vit de nouveau. 

Alors il se leva et fut baptisé,
[D] 
(469)L espoir jaillit du rire d un enfant
[D] 

Accueil > Editos > Un vrai temps de Toussaint

Un vrai temps de Toussaint

Publié le lundi 2 novembre 2015, mis a jour le lundi 13 juin 2016

Un vrai temps de Toussaint !

« Quel sale temps : un vrai temps de Toussaint ! » Ces dernières semaines, j’ai entendu plusieurs fois cette expression, passée dans le langage courant, pour évoquer le temps maussade et froid qui annonce l’approche de l’hiver. Il est vrai que la plupart du temps nous fêtons cette fête du mois de novembre dans le vent et sous la pluie. Du coup, le mot « Toussaint » est associé à l’idée de grisaille, de morosité, de froid… Et puis, la proximité de cette fête avec la journée de prière pour les défunts lui donne une coloration triste. Difficile, dans ces conditions, d’inviter les fidèles qui participent aux célébrations de la Toussaint à entrer dans la joie de la Jérusalem céleste ! Pour autant, il ne faudrait pas que la nature nous fasse passer à côté de la signification de l’une des plus belles fêtes chrétiennes.

On comprend que le souvenir de ceux qui nous ont quittés éveille en nous des sentiments de tristesse et ravive la blessure douloureuse due à leur absence. Il est compréhensible aussi que les gestes de fidélité que nous posons en nous rendant sur leur tombe nous incitent à une attitude teintée de gravité et de recueillement.

Mais notre foi nous appelle à ne pas nous enfermer dans nos sentiments. Au lieu de colorer la fête de tous les Saints par la tristesse que nous cause l’absence de nos défunts, sachons reconnaître que si nos disparus nous manquent, c’est qu’ils ont beaucoup compté pour nous et que nous continuons à les aimer au-delà de la séparation de la mort. Nous ne pouvons pas les pleurer sans être invités à rendre grâces pour le bonheur de les avoir connus et pour la croissance en nous de ce que nous avons reçu d’eux. Ainsi, notre méditation pourra nous faire entrer progressivement dans une meilleure compréhension de la Communion des Saints, cette relation si particulière qui unit dans le Christ, les fidèles vivants et morts.

A la Toussaint, l’Église célèbre tous les saints, connus ou inconnus, les saints dont nous portons le nom, les saints que nous honorons dans nos paroisses, les saints et les saintes de nos familles qui ont vécu leur vie dans la fidélité à l’Évangile et le service de leur prochain. Cette fête nous rappelle aussi que nous sommes tous appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus qui n’en demeurent pas moins réellement accessibles. La sainteté n’est pas une voie réservée à un petit nombre, à une élite : elle concerne tous ceux et celles qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ : « Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5, 48). Nous avons notre place à prendre dans ce cortège que forme la multitude des saints au long des siècles.

Ainsi, cette fête de Toussaint est appelée à devenir un jour notre fête à tous car nous sommes appelés à être TOUS SAINTS !

P. Hervé Le Vézouët

Version imprimable de cet article Version imprimable