Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 289 Image N° 265 Image N° 269 Image N° 257
(269)Dans le soleil ou le brouillard, Il faut tracer jour après jour 

Un chemin pour la Bonne Nouvelle, La nouvelle de ton Amour.
[D] 
(274)Et le jour viendra où ton peuple verra les cieux nouveaux et une terre nouvelle.
[D] 
(243)C est le Seigneur qui vous a appelé des ténèbres à son admirable lumière et vous êtes maintenant le peuple de Dieu.
[D] 
(474)S émerveiller, écouter le chant du monde...
[D] 

Accueil > Moments forts > Culture et foi > Session 2012 > Un diacre au service des personnes prostituées : l’Évangile au (...)

Un diacre au service des personnes prostituées : l’Évangile au quotidien

Publié le mardi 31 juillet 2012

Henri Marescaux ; Conférence du 25 juillet (matinée « Parlons-en ») : l’aide aux personnes prostituées.


Henri est général d’Armée et diacre du diocèse de Versailles. Ordonné en 2004, il reçoit de son Évêque une mission bien particulière : la prise en charge humaine et pastorale des personnes prostituées. Au cours de son exposé qui retrace toutes les difficultés rencontrées, Henri parle en vérité, citant longuement Benoît XVI et son Encyclique « Dieu est amour » (§31), et bien sûr l’Évangile (où ne sont pas absentes les prostituées !). Henri, se méfiant des généralités, présente le cas de personnes précises en énumérant toutes les démarches administratives nécessaires pour « accueillir » et « accompagner » (les termes de sa mission) ces personnes étrangères, toujours sans papiers, ne parlant pas français, en pleine détresse matérielle et morale. Aidé de sa famille et de ses amis, il en accueille même quelques-unes (nigérianes, chinoises, albanaises) dans des maisons amies, à Trébeurden, essentiellement. Les démarches officielles répétées (et lassantes) auprès des autorités, n’empêchent pas son souci d’évangélisation. C’est ainsi qu’il réunit certaines de ces personnes au cours de soirées-repas de partage d’Évangile (à leur demande d’ailleurs). Pour soutenir son action, Henri a fondé une association (Tamaris*), originale, puisqu’elle ne reçoit aucune subvention. Nous avons partagé, ce matin-là, avec Henri un échange rare et riche, et tellement évangélique.

*Tamaris, Aide aux personnes françaises et étrangères victimes de la prostitution - Actions de réinsertion – 15 rue Séguier 75006 Paris.

Version imprimable de cet article Version imprimable