Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 278 Image N° 461 Image N° 248 Image N° 233
(244)Qui lance une pierre sur un oiseau le fait envoler, qui fait un reproche à son ami, tue l amitié.
[D] 
(243)C est le Seigneur qui vous a appelé des ténèbres à son admirable lumière et vous êtes maintenant le peuple de Dieu.
[D] 
(1333)Restez joyeux, priez sans cesse 

remerciez Dieu en toutes circonstances
[D] 
(470)Le royaume des cieux est semblable à un filet qu on jette en mer et qui ramène beaucoup de choses
[D] 

Accueil > Editos > "Rien ne sert de courir, il faut partir à point."

"Rien ne sert de courir, il faut partir à point."

Publié le jeudi 2 mars 2017

"Rien ne sert de courir, il faut partir à point."

Dès le 1er mars, nous franchissons ensemble la ligne de départ. Nous voici engagés en Église pour 40 jours d’entrainement intensif en vue de la grande fête de Pâques. Cette année, nous aurons la chance de vivre cette progression en compagnie de 6 adultes qui recevront le baptême durant la veillée pascale présidée par Monseigneur Moutel à saint Jean du Baly.

Ce temps que l’Église offre aux catéchumènes comme préparation ultime, nous est également donné à nous, « vieux baptisés », pour aller puiser aux sources de notre baptême.
- Comment ce Carême 2017 va-t-il me permettre de vivre davantage de mon baptême ?
- Où vais-je aller puiser pour étancher ma soif de « plus » dans ma vie ?

Durant ces prochaines semaines, les propositions ne manqueront pas pour redécouvrir les bienfaits de la prière, du jeûne et de l’aumône (cf. page 5), sans oublier le don merveilleux qui nous est réservé dans le sacrement de la réconciliation.

Chaque année, le Carême présente l’avantage de nous remettre tous en face d’un même objectif : notre conversion. Tous nous avons à prendre au sérieux cet objectif-là, sans pour autant nous prendre trop au sérieux. Ce n’est pas une course de vitesse mais bien une épreuve d’endurance dans laquelle nous nous engageons. Rappelons-nous le conseil avisé de la tortue de la fable de La Fontaine : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ».

Dès le mercredi des Cendres, prenons donc le départ avec le Christ pour cheminer résolument vers Pâques. Vivons à fond ces 40 jours comme un pèlerinage aux sources de notre foi, dimanche après dimanche. Ne jouons pas au « lièvre » en recherchant les performances ou en risquant les excès de vitesse, nous risquerions de passer à côté de l’essentiel, là où le Seigneur nous attend, là où notre conversion se joue. Nous pourrions alors arriver à Pâques en nous étonnant :
“Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ? ”
Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” (Mt 25, 44-45)

Demandons au Seigneur d’ouvrir nos yeux afin que nous ne vivions pas ce Carême comme une course en solitaire mais bien comme une expérience ecclésiale pour grandir en fraternité.

Mickaël Levacher, curé

Version imprimable de cet article Version imprimable