Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 227 Image N° 259 Image N° 263 Image N° 273
(294)Ceux qui travaillent assurent une création éternelle.
[D] 
(247)La foi est un long fleuve qui traverse les siècles.
[D] 
(460)Un coeur sans amour est comme une rivière qui n a plus d eau pour abreuver ses rives
[D] 
(295)Bénis le Seigneur,ô mon âme, Seigneur mon Dieu tu es si grand.
[D] 

Accueil > Editos > (Re)choisir la vie

(Re)choisir la vie

Publié le lundi 13 février 2017

(Re)choisir la vie

Un enfant rêvait depuis longtemps d’avoir un chiot. Accompagné de ses parents, il entra dans une animalerie. Le propriétaire siffla, et sa chienne courut vers lui, suivie de cinq chiots. Mais l’un d’eux restait loin derrière les autres.

A la surprise de tout le monde, c’était celui-là que l’enfant voulait avoir. Le propriétaire lui dit : « Tu ne peux pas acheter ce petit chien. Il est né avec une malformation de la hanche. Il boitera tout le reste de la vie. »

L’enfant répliqua que c’était bien celui-là qu’il souhaitait. Le propriétaire lui dit alors : « Si tu le veux, je te le donne ». L’enfant répondit : « Je ne veux pas que vous me le donniez. Il vaut autant que les autres. Je paierai le même prix. »

Le propriétaire ne comprenait toujours pas pourquoi l’enfant ne voulait pas avoir un des autres chiots. Ils n’avaient pas de problème de santé, eux. C’est alors que le petit garçon releva son pantalon et montra sa jambe tordue, maintenue par une tige de métal. Il dit au propriétaire : « Je ne cours pas si bien. Et le chiot a besoin de quelqu’un qui le comprenne. »

Dans l’Évangile, Jésus nous surprend aussi en nous dévoilant que nous sommes bien plus que ce que nous pensons être. Nous avons tous la possibilité de « renaître d’en haut », de retrouver une place dans la société, d’être pardonnés et sauvés. Il suffit pour cela de penser à l’attitude du Christ vis-à-vis de Zachée, de la femme adultère, etc. Jésus nous montre qu’il demeure toujours en nous une part de liberté qui nous permet de (re)choisir la vie.

Mais cela n’est pas un chemin de facilité ou de bonheur immédiat. Cela passe par un accueil du don de Dieu et aussi par être témoin de Celui qui est la Résurrection et la Vie.

Souvent nous avons besoin qu’une personne nous prenne par la main pour que cela soit possible. Cela survient entre autres à travers son regard qui ne nous enferme pas dans la maladie, le handicap ou bien d’autres problèmes. Ce regard bienveillant, comme celui du Père prodigue, nous ouvre un espace des possibles.

En effet, nous ne nous suffisons pas à nous-mêmes. Nous avons besoin d’être reconnus, d’être compris dans ce que nous vivons. Nous avons aussi besoin de solidarité et de justice. Et il nous faut pour cela consentir à une certaine dépendance.

Nous ne pouvons vivre en plénitude que si nous nous recevons d’un Autre. Dans la foi chrétienne, nous confessons que nous sommes les fils adoptifs de Dieu. Et chacun de nous a un prix inestimable aux yeux du Seigneur. Nous réalisons cette vocation d’enfant de Dieu en apprenant à nous laisser aimer par lui. C’est à cette condition que s’ouvrira pour nous le Salut que nous a promis Jésus Christ.

Gaël Droumaguet, prêtre

Version imprimable de cet article Version imprimable