Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 275 Image N° 475 Image N° 312 Image N° 472
(256)Tu es Pierre, et sur cette pierre, je construirai mon Église, et la puissance de la mort ne pourra rien contre elle.
[D] 
(279)Mon âme attend plus sûrement le Seigneur qu un veilleur n attend l aurore.
[D] 
(260)L homme de foi est comme un arbre au bord d un cours d eau.
[D] 
(1303)Par ta puissance invisible, Seigneur, tu accomplis des merveilles dans tes sacrements
[D] 

Accueil > Moments forts > Célébrations > Pardon de St Samson le 7 Août

Pardon de St Samson le 7 Août

Publié le dimanche 7 août 2005, mis a jour le jeudi 13 juillet 2006 , par Corentin Penn

La très belle chapelle rénovée de St Samson était Archi comble pour le pardon de St Samson.

Les hasards du calendrier ont fait que c’est encore Pierre Raoul Ciss qui a célébré avec le Père Pierre Dulong de Bordeaux en vacances au bourg de Pleumeur-Bodou -qui nous a parlé avec humour des vins de sa région -.

La très belle homélie de Pierre Raoul nous a rappelé à nous, "hommes de peu de foi", qu’il faut savoir dire, comme Pierre au milieu de la tempête, "Seigneur Sauve-nous" et dans notre vie de chrétiens, associer action et prière.

Homélie du Père Raoul Ciss au pardon de St Samson

C’est sur la première lecture que je vais axer ma méditation de ce jour. Ce choix s’explique par le fait que cette lecture, tirée du 1er livre des rois nous instruit assez bien sur Dieu et sur ce que peut être sa manifestation à nous.

Replaçons ce texte dans son cadre : le prophète Eli a défié les quatre cent cinquante prophètes de Baal, la divinité païenne. Vous connaissez le texte - Eli sort victorieux du pari et passe au fil de l’épée les prophètes païens.

La Reine Jézabel, femme païenne du Roi Aklaz, menace la vie du prophète ? Eli se met en fuite. Il a peur, ce qui est légitime. C’est ce lien qui établit le lien entre Eli et Pierre dans la page d’Evangile que nous venons d’entendre.

Louisette François au moment de la prière universelle
Pélerins à St Samson

Eli a peur, menacé par une personne ; Pierre a peur parce qu’encerclé par les eaux de l’océan, la plus grande puissance de la création. Mais ni l’un ni l’autre ne va perdre la vie. Ils ont Dieu avec eux.

Dans l’épisode du prophète Eli, on nous parle d’ouragan si fort et si violent qu’il fendrait les montagnes et briserait les rochers ; d’un tremblement de terre, d’un feu. Voilà les forces de la nature dans lesquels, la tentation est grande d’aller chercher Dieu, tentation liée à l’idée que nous nous faisons de sa toute puissance. Mais rappelons que Dieu se manifeste toujours dans ce qui est simple et fragile : Après leur chute, Dieu se manifeste à Adam et Eve dans une brise légère. C’est la même voie qu’il emprunte pour Eli son prophète. Et, dans l’ère de la Nouvelle Alliance, c’est à travers la fragilité et le silence d’un bébé qu’il s’est manifesté à nous.

On dit que le bruit ne fait pas de bien et que le Bien ne fait pas de bruit.

Reconnaissons aujourd’hui que nous avons besoin de silence, nous qui appartenons à une société qui vit de manière toujours plus frénétique et souvent étourdie par le bruit et distraite par l’éphémère.

Nous avons besoin du silence pour accueillir Dieu dans nos cœurs dans la pleine manifestation de Dieu, dans l’Esprit Saint, manifestation qui, encore une fois se fait dans le silence, la tendresse, la fragilité et l’innocence - dans le cas de Pierre, c’est une main tendue, celle de Jésus qui le sauve - retenons qu’il a lancé un cri : « Seigneur Sauve-moi ! »

Chers amis, nous avons tous des raisons d’avoir peur aujourd’hui pour nous-mêmes et pour notre monde. Nous sommes encerclés par les eaux de la violence, de la pauvreté, de la négation de Dieu, des catastrophes naturelles.

Que Faisons-nous ?

S’il est vrai que nous devons agir pour restaurer dans l’Humanité l’image de Dieu qui semble s’évanouir au fil des temps, n’oublions jamais, comme Pierre, de crier vers Dieu, de l’appeler au secours de notre faiblesse et de notre manque de foi. Nous en serons toujours là à douter et à manquer de foi. Le Seigneur sera toujours là pour nous le « reprocher », mais surtout pour nous tendre la main.

Si la philosophie rationnelle a pu dire « je pense donc je suis » (cogito, ergo sum) notre adhésion à Jésus qui n’est pas de l’ordre du rationnel mais de l’Amour, nous fait dire « je crois donc je suis » (credo, ergo sum).

Il y a une certaine spiritualité de l’action qui est largement répandue aujourd’hui (elle n’est pas mauvaise en soi), elle veut (cette spiritualité) que c’est dans nos actions que nous faisons la volonté de Dieu. Je dis oui, mais il faut que toute action qui se dit chrétienne soit soutenue et sous-tendue par ce cri renouvelé vers Dieu - la prière.

Annia jouant de la flûte pendant la communion
Pierre Raoul Ciss donnant la bénédiction solennelle
vue de l’intérieur de la chapelle
Version imprimable de cet article Version imprimable