Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 247 Image N° 252 Image N° 243 Image N° 261
(273)Mon Dieu et mon rocher, tu es pour moi un abri sûr.
[D] 
(222)L enfant, un sacrement de Dieu.
[D] 
(262)Ceci est mon corps donné pour vous. 

Faites cela en souvenir de moi.
[D] 
(1303)Par ta puissance invisible, Seigneur, tu accomplis des merveilles dans tes sacrements
[D] 

Accueil > Editos > Pâques, sans avoir vu, nous croyons

Pâques, sans avoir vu, nous croyons

Publié le samedi 31 mars 2012 , par Robert Gautheret

Pâques, sans avoir vu, nous croyons

Croire sans voir, voilà bien la dure épreuve à laquelle la Résurrection du Christ soumet notre Foi. Le Christ, vivant, ressuscité dans la gloire, est bien le fondement assuré de notre Foi. Seulement il n’y a rien à voir, rien à constater, aucune preuve indiscutable. Il n’y a qu’une parole à croire, celle des disciples qui n’ont rien vu d’autre au début que le tombeau vide. L’Évangile de Saint Jean nous dit : « C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit et il crut. » Mais qu’a vu Jean en réalité ? Un tombeau ouvert et vide, c’est-à-dire une absence.

Au matin de Pâques il n’y a rien à voir, mais il y a tout à croire, croire qu’aucun tombeau, même le plus clos, ne pourra arrêter la vie de Dieu : croire que Pâques nous révèle la victoire de la vie sur la mort comme une réalité agissante au cœur de l’histoire des hommes ; croire qu’il n’y a aucune connivence entre Dieu et la mort et que le Christ ressuscité nous entraîne dans une nouvelle naissance, une renaissance.

Comme les disciples, nous sommes souvent déconcertés par le vide du tombeau. Ainsi la Résurrection n’est pas une confirmation de la Foi, elle en est l’ultime épreuve, celle qui nous fait « passer » avec le Christ à une vie nouvelle en Dieu, à une vie épanouie en plénitude, une vie de ressuscité.

La fête de la Résurrection du Seigneur, pleine de nos Alléluias et de nos chants de joie, est aussi la mise à l’épreuve de notre Foi : de même que les disciples ont cru à la parole et au témoignage des messagers, les femmes qui virent les premières le Christ ressuscité, nous devons croire l’Église sur parole.

Peuple rassemblé, il nous faut encore nous ouvrir à l’Esprit Saint, présence du Christ vivant au milieu de nous. C’est lui qui nous aidera à fortifier notre Foi au Ressuscité, c’est lui qui nous donnera l’audace d’annoncer au monde sa résurrection, source d’espérance pour toute l’humanité. Sans avoir vu, nous le croyons, parce qu’il vit en nous.

Abbé Yann Talbot

Version imprimable de cet article Version imprimable