Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 236 Image N° 232 Image N° 222 Image N° 294
(245)Comme l argile dans la main du potier qui la façonne selon son bon plaisir, ainsi les hommes dans la main de leur créateur.
[D] 
(261)Dieu appelle la lumière « jour », et l obscurité, il l appelle « nuit ». 

Il y a un soir, il y a un matin. Voilà le premier jour.
[D] 
(468)Qui es-tu donc, douce lumière qui envahit mon coeur ? Esprit Saint, Amour éternel !
[D] 
(262)Ceci est mon corps donné pour vous. 

Faites cela en souvenir de moi.
[D] 

Accueil > Editos > Pâques, la promesse de Dieu

Pâques, la promesse de Dieu

Publié le vendredi 1er avril 2011 , par Robert Gautheret

Il arrive souvent que nous doutions de nos promesses. Des expériences malheureuses ont entamé notre confiance en elles : rupture dans une relation d’amour qui s’était pourtant engagée dans la fidélité, trahison d’un ami, déception face à un travail ou des études qui n’ont pas tenu leurs espérances, triste banalité de promesses électorales sans avenir.

La Bible, elle aussi, est traversée de ces désenchantements. Israël pleure son Dieu qui apparemment, à certains moments de son existence, ne tient pas sa promesse de fidélité avec son peuple. Les psaumes sont aussi des cris de supplication à ce Dieu qui semble s’être éloigné de son alliance.

Que dire alors de la Passion de Jésus ? Pour ses disciples, et peut-être pour le Christ lui-même, la croix sonne douloureusement comme un abandon du Père. L’extermination de la promesse. Que sont devenues les belles paroles au commencement des évangiles : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j’ai mis tout mon amour » (Mt 3,17). Les ennemis du Christ s’exclament ! Ils avaient bien raison de ne pas croire en l’enfant de la promesse.

La mort de Jésus signe la débâcle de la promesse de Dieu pour son Fils. Elle nous rejoint alors dans nos doutes et nos échecs, dans nos déceptions de l’espérance.

Mais au matin de Pâques tout change ! Tout se renouvelle ! Il y a une fraîcheur incomparable dans les récits de Résurrection. La fraîcheur d’une promesse qui reprend vie et qui éclot à elle-même quand survient enfin ce qu’elle annonçait au-delà même de toute espérance. L’éclatement fleuri d’un bourgeon de printemps.

La résurrection de Jésus c’est le signe définitif que Dieu tient sa promesse de vie, malgré tout ce qui peut s’opposer à elle, le mal et la mort. Christ est ressuscité et le ciel de la promesse de Dieu s’est ouvert à tous les hommes.

Et nous voici conviés, à cause de Pâques, à mettre nos pas dans la promesse. Devenir dans la suite du Christ ressuscité des enfants de la promesse de Dieu, les témoins de la fidélité sans limites de Dieu pour les hommes, les "espérants" de l’amour dans nos vies.

« L’ange, s’adressant aux femmes, leur dit : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. » (Mat 28,10)

Alléluia !

P. Laurent Le Boulc’h

Version imprimable de cet article Version imprimable