Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 276 Image N° 284 Image N° 227 Image N° 274
(223)Dans les ravins tu fais jaillir les sources, elles cheminent au milieu des montagnes.
[D] 
(237)N ayez pas peur du Christ ! Il n enlève rien et il donne tout !
[D] 
(227)J attends le Seigneur de toute mon âme, j espère en sa parole.
[D] 
(295)Bénis le Seigneur,ô mon âme, Seigneur mon Dieu tu es si grand.
[D] 

Accueil > Moments forts > Célébrations > Messe solennelle de réouverture de l’église Saint Pierre

Messe solennelle de réouverture de l’église Saint Pierre

Publié le samedi 2 octobre 2010, mis a jour le lundi 21 mars 2011 , par Jean-Marc

Enfin !

Ce dimanche 19 septembre est le grand jour que nous attendions depuis si longtemps : notre église ouvre à nouveau ses portes et le tabernacle va retrouver de nouveau la présence de Jésus.

Tout le monde dans la paroisse a oeuvré pour que cette cérémonie soit belle et joyeuse. Déjà pendant le mois d’août les préparatifs de remise en état après les travaux avaient commencé (voir http://paroissepb.org/spip.php?breve100 ).

Répétition du groupe Tribann
Les bannières des 4 relais

Dés 9h00 ce dimanche on s’affairait autour de l’église pour les derniers réglages , préparatifs et autres répétitions.


Vers 10h00 les sonneurs entrent

La procession en musique
La procession en musique
La procession en musique

et la messe, présidée par notre curé modérateur Laurent Leboulc’h, commence.

arrivée des célébrants
Mot d’accueil de Noël

Noël Lefort , le coordinateur de la paroisse , prend le premier la parole.

Dans son discours, après nous avoir rappelé ce qu’est, pour nous , l’église et sa fonction, Noël a remercié tous les acteurs qui ont contribué à cette réouverture. Puis il nous montra de manière poétique son attachement à l’église et il conclut par cette citation : « Cette maison est la maison du Seigneur, solidement bâtie, fondée sur la pierre ferme ; que ceux qui s’y réunissent y trouvent consolation, bénédiction et force dans la foi ».

Trois paroissiens avaient accepté de témoigner et de nous dire ce représentait que pour eux notre église.

Témoignage de Marie Louise
Témoignage de Marie Louise

La première Marie-Louise prit la parole :

" OUI

Quand on m’a appris, au mois d’Août, que l’église était réouverte, j’ai pris ma canne et je suis montée au bourg. J’étais très heureuse de me retrouver dans ce lieu sacré et j’ai fait ma prière au pied de la vierge.

OUI Pour moi

J’étais très heureuse quand, avec Monique Touraut, Claude Fabre ou Marie Françoise le Dauphin, je faisais le caté avec les enfants.

OUI pour moi

C’était une joie d’essayer de faire comprendre à ces enfants qu’ils étaient les membres de l’Eglise et qu’ils pouvaient, eux aussi, y participer. L’église ce sont d’abord les enfants.

OUI pour moi

C’était une joie de balayer l’église à plusieurs, pour être ensemble mais aussi tout simplement pour participer à la vie de l’église."

Témoignage de Pierre
Témoignage de Pierre

Puis ce fut Pierre :"

Salud deoc’h Iliz va farrouz

Salud Iliz va zadou koz

Ma c’halon a zeu da domañ

Salut à toi Eglise de ma paroisse

Salut à toi église de mes anciens

Mon cœur est ici.

C’est bien ce que je ressens, avec bonheur, ce matin après cette procession ;

Notre famille fréquente cette église depuis plusieurs générations. J’y suis rentré pour la première fois, à l’occasion de mon baptême, il y a 83 ans. Nous y sommes souvent venus à pieds, enfants, depuis le Dossen.

Alors l’église, pour moi aujourd’hui :

- c’est d’abord ce lieu sacré où nous venons pour la messe, l’Eucharistie.

- mais c’est aussi un lieu de rencontre où, aujourd’hui je suis heureux de voir réunies à nouveau, des personnes connues depuis longtemps.

"

Témoignage de Christelle
Témoignage de Christelle

Et enfin ce fut Christelle :"

- A mon arrivée à Pleumeur Bodou, il y a une vingtaine d’années, venant d’une famille peu pratiquante, ce qui m’a frappé, jeune mariée, c’est l’accueil de la communauté paroissiale.

- C’est donc tout naturellement que je me suis investie et intégrée, en équipe, dans cette vie paroissiale, messe, catéchisme… Monique, Marie Louise, Jacqueline, Marie Françoise, Catherine ont été pour moi des exemples.

- A la mort de notre bébé, désemparée, j’ai senti très profondément le soutien de la communauté. Et j’ai repris confiance.

- Alors aujourd’hui, mère de famille et épouse ce que je j’attends de l’église, et de la communauté ce sont :

— Des exemples pour vivre pleinement et pour avancer sur le chemin de la foi.

— Une communauté de partage, pour guider mes enfants vers une vie solidaire.

— Un soutien des chrétiens autour de moi pour avancer dans les choix difficiles."


Les lectures de ce dimanche avaient pour thème l’argent et le rapport des hommes à l’argent et au pouvoir.

L’évangile a été lu par notre diacre Hervé Bescond.

Lecture de l’évangile par Hervé

Puis Laurent prit la parole pour son homélie :

Homélie de Laurent

"Pendant deux années, l’église Saint Pierre de Pleumeur Bodou est restée fermée pour cause de maladie et de convalescence. Notre église n’a plus reçu de visites si ce n’est celle des ouvriers qui ont pris soin d’elle ces derniers mois.

Pendant tout ce temps, vous auriez pu l’oublier. Ne plus faire attention à elle. La réduire à un monument certes encore là, présent au milieu du bourg, mais devenu inhabité pour toujours. Un lieu sans vie.

Or, tout au contraire, vous vous êtes manifestés. Vous avez exprimé votre désir qu’on la soigne au plus vite et qu’on lui redonne vie. Et, parmi tous ceux et celles qui l’ont fait savoir, il n’y avait pas que des habitués, des croyants pratiquants. Le cercle des amis d’une église est beaucoup plus large qu’on l’imagine souvent.

Quand un ami s’absente, on réalise d’une manière plus vive encore combien sa présence comptait pour nous. La vie est ainsi faite que c’est souvent l’absence qui suscite le manque et fait prendre conscience de l’importance d’une présence.

C’est peut-être ce qui s’est passé pour notre église. Il a fallu qu’on ferme ses portes deux longues années durant, pour que beaucoup se rendent compte de tout ce qu’elle représentait consciemment ou non pour les gens d’ici.

Une église est en effet un marqueur d’histoire et de culture ; elle engendre une communauté ; elle est un signe de transcendance. Tout cela qui paraît si nécessaire à la vie des hommes.

L’église porte sur elle les marques de notre histoire et de notre culture. _ La simple présence d’une église chez nous évoque un long passé, des siècles de traditions et de coutumes. Au fil du temps, l’Eglise accompagne les hommes et les femmes dans les grandes étapes de leur existence : la naissance, l’amour et la mort. Baptêmes, mariages, funérailles. Nous l’avons entendu dans les témoignages de Marie Louise, Pierre et Christelle. L’Eglise accueille nos vies avec ce qui ce qu’il y a en elles de rudesse, de tristesse et de joie. A tous, elle transmet un message qui invite à un certain art de vivre inspiré des évangiles. C’est ainsi que l’Eglise, avec ses rites, ses croyances, sa manière particulière de comprendre la vie et ses repères moraux, contribue à forger la culture des hommes.

L’Eglise est un marqueur d’histoire et de culture. Elle engendre aussi une communauté. Car l’Eglise rassemble largement. Tous les hommes et toutes les femmes peuvent librement s’y retrouver. Ils s’y rassemblent au-delà de leurs diversités ethniques, sociales, politiques… L’église crée ainsi du lien social. Elle relie les hommes et les femmes entre eux. Elle affermit leur sentiment d’appartenance à une même communauté. Plus encore, en les tournant vers Dieu dans la prière comme vers un unique Père, elle leur donne d’expérimenter ensemble la fraternité. Non une fraternité acquise à la force de nos poignets mais celle plus profonde et solide qui nous est donnée dans la communion au Christ Jésus.

L’Eglise est un marqueur d’histoire et de culture. Elle engendre une communauté. Mais elle est aussi un signe de transcendance. L’église ouvre les hommes et les femmes au mystère de la foi. Elle oriente leurs regards vers le ciel. Vous me direz qu’il y a ici, à Pleumeur Bodou, un autre monument tourné vers le ciel et combien symbolique. La célèbre antenne du radôme est signe de cette performance technologique qui relie formidablement les hommes entre eux. Et cependant, aussi importante soit-elle, l’antenne de Pleumeur Bodou n’est pas l’église Saint Pierre. Elle n’est pas sa transcendance. Elle n’a pas sa portée.

Car une Eglise conduit plus haut et plus loin. Elle appelle à la rencontre de l’Infini. Elle dit aux hommes qu’ils sont faits pour plus grands qu’ils ne sont. Qu’il y a en eux un grand désir qui vient de Dieu et qui les appellent à s’élever dans la puissance de l’Esprit et dans la ressemblance du Christ Jésus. L’Eglise rappelle aux hommes le mystère de Dieu qui les attire et les habite. Elle ravive en eux leur soif d’éternité. _ Elle tend à les élever sans cesse.

A chaque célébration, les chrétiens célèbrent ce don de Dieu qui vient les rejoindre jusqu’au plus bas pour les élever en Jésus le Christ. Cette montée de l’homme en Dieu avec le Christ jésus commence ici bas dès que nous nous laissons travailler par la foi, l’espérance et la charité.

Mais se laisser travailler ainsi par l’Esprit n’est pas si simple. La vie selon l’Evangile demande de faire des choix concrets et difficiles dans nos vies.

Ainsi, par exemple, dans l’évangile de ce jour, il est demandé aux disciples de ne pas se laisser asservir par l’argent. « Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent » dit Jésus.

Le Christ met en garde contre toute forme d’asservissement à l’argent. Vivre pour l’argent, nous mettre à son service en s’imaginant que celui-ci va nous servir en retour, c’est nous leurrer complètement. Quand on fait de l’argent son maître, il ne fait que grandir en puissance. Le voilà toujours plus dominateur, exigeant de plus en plus, n’en finissant pas d’aspirer en lui toutes les dimensions de l’existence des hommes jusqu’aux plus nobles. Le pouvoir de l’argent est capable de tout récupérer car tout peut servir à faire de l’argent, même les idées ou les institutions les plus généreuses.

Au lieu de servir l’homme, l’argent le rend esclave. Pour beaucoup aujourd’hui, l’argent est devenu le moteur principal de l’existence. Mais il laisse alors les hommes comme vidés de l’intérieur, vidés de leur être véritable, vidés de leur être spirituel. Réduits à des consommateurs épuisés, exsangues, inhabités, superficiels.

Au milieu du village, l’Eglise rappelle aux hommes qu’ils ne sont pas faits pour vivre pour l’argent. Ils n’ont pas été crées pour une existence matérialiste ou consumériste. L’Eglise les appelle au contraire à prendre au sérieux leur dimension spirituelle. Elle les appelle à entrer en relation avec le Dieu d’amour capable d’élever leur humanité et de leur donner la vie en abondance.

Mais l’Evangile est déroutant. Jésus condamne l’asservissement à l’argent alors qu’il vient de citer en exemple l’attitude ambigüe d’un escroc. Sa parabole invite à se faire des amis avec l’argent facile. Elle nous demande d’être aussi habiles que les fils des ténèbres !

Ainsi, si l’Evangile nous appelle à refuser de servir l’argent comme un maître, il réclame pourtant que nous mettions toutes nos capacités d’intelligence, d’habileté, de finance aussi, au service de la lumière. Non plus cette fois servir l’argent comme s’il était devenu pour nous le but de notre existence, mais nous servir de l’argent pour, grâce à lui, servir d’autres finalités : le progrès des hommes selon l’évangile. Et pour cela, développer au moins autant d’astuce et d’imagination que les fils de ce monde.

Et je me prends à rêver. Si l’argent était utilisé au service des hommes et non d’abord les hommes utilisés pour l’argent, quelque chose ne changerait-il pas dans notre monde ? C’est là la tâche difficile de tous les responsables politiques. D’une certaine manière, humblement, c’est ce qui a été fait ici. En mettant l’argent des contribuables au service de la réparation de notre église c’est le signe visible pour tous d’une autre humanité qui s’est relevée. Amen. ".


Procession des offrandes
et quelques bougies
et quelques bougies

Après l ’eucharistie, les hosties consacrées vont au tabernacle.

Autre moment fort
et émouvant
Le retour au tabernacle

Puis la messe se termine au son des cornemuses et tout le monde se rejoint dans le jardin du presbytère pour le pot de l’amitié.

conduit par les sonneurs

remerciements de Pierre
Le pot de l’amitié

Le pot a débuté par le discours de Monsieur le maire.

quelques mots

Puis celui de Pierrick Perrin et enfin celui de Pierre Simunek.

Puis Pierrick Perrin
Pierre Simunek

Quelques visages :

<diapo1222>


info portfolio

Avant la messe Premiers arrivants Mot d'accueil de Noël Les officiels à Noël et Laurent de la part de Monsieur le maire Monsieur le sous-préfet
Version imprimable de cet article Version imprimable