Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 470 Image N° 237 Image N° 459 Image N° 234
(225)Une maîtresse femme, qui la trouvera ? Elle a bien plus de prix que les perles.
[D] 
(218)Tu es grand Seigneur 

Eternellement
[D] 
(253)Je suis la vraie vigne et mon père est le vigneron.
[D] 
(473)La foi est une conversion permanente du regard
[D] 

Accueil > Moments forts > Célébrations > Le Pardon de Bonne Nouvelle

Le Pardon de Bonne Nouvelle

Publié le dimanche 4 septembre 2005, mis a jour le jeudi 13 juillet 2006 , par Corentin Penn

C’est toujours le troisième Dimanche du mois d’Août qu’a lieu le pardon de Bonne Nouvelle. Merveilleuse petite chapelle au coeur d’un vallon dans Trébeurden, ce pardon est très fréquenté. voir l’article sur la chapelle de Bonne Nouvelle

21 Août 2005 - Trébeurden - Notre Dame de Bonne Nouvelle

Homélie du Père Francis Morcel, Vicaire Général

POUR VOUS, QUI SUIS-JE ?

Aucun chrétien ne peut passer à côté de cette question absolument fondamentale :« Pour vous, qui suis-je ? »

Je comprends très bien Jésus qui, en fin psychologue, connaissant parfaitement ses disciples avec leur foi naissante, mais aussi leurs doutes et leurs peurs, ait fait le détour par une question très générale : « Le Fils de l’homme, qui est-il d’après ce disent les hommes ? »

Il est en effet plus aisé de répondre à une question qui ne vous concerne pas directement, de livrer une réflexion qui touche les autres. Et en même temps, cette question large ne peut que les conduire à réfléchir personnellement.

En tous cas, la "question devient directe : « Pour vous, qui suis-je ? » Qu’est-ce qui a poussé le Christ à poser cette question ? Une certaine inquiétude sur sa propre notoriété, sur l’audience qui peut être la sienne. A t-il besoin d’être rassuré ? ou veut-il une fois de plus provoquer son entourage immédiat à une démarche qui engage vraiment à la suite du maître ?

Francis Morcel, Vicaire général, pendant son homélie.

Nous ne sommes pas étonnés de la réponse spontanée de l’apôtre Pierre : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant. »

Une réponse juste qui exprime la foi d’un homme dont on sait le cheminement chaotique tout au long de sa vie, une réponse qui s’inscrit aussi dans la réponse que le peuple chrétien a eu l’occasion de formuler au long des siècles.

Vous comprendrez facilement que ce matin, je pense à ces centaines de milliers de Jeunes qui vivent en ce moment, le dernier jour des J.M.J. à Cologne. Jeunes qui ont été invités par le Pape Jean Paul II pour cette :XXième journée mondiale de la jeunesse et que le Pape Benoit XVI est venu rejoindre.

Françoise le Gorrec pendant une lecture

Une phrase a conduit toute la réflexion et le pèlerinage de ces jeunes : « Nous sommes venus l’adorer, »comme les mages se rendant à la crèche de Bethléem. Je pense que ces milliers de jeunes sont invités, quelque soit le degré de foi qui les habite, à se positionner sur leur propre foi et à donner à leur tour une réponse personJtelle : « Pour toi, qui est Jésus ? »

Chacun de nous pourrait prendre un crayon et écrire au fond de son cœur la réponse qu’il croit pouvoir donner à cette question. Car elle n’est pas indifférente cette réponse. C’est le sens même de notre vie de chrétiens. Chaque dimanche, nous professons notre foi en Eglise. En même temps chacun avec ses mots, la force de son esprit et de son cœur doit dire comment aujourd’hui le Christ le fait vivre. Comment la foi au Christ le fait bouger dans sa vie, comment la foi au Christ mobilise toute son énergie pour accepter de le suivre.

La Communion

Nous disons volontiers aujourd’hui que beaucoup de nos contemporains n’ont plus de repère, qu’ils ne savent plus à quel saint se vouer, qu’ils sont ballottés à tout vent de doctrine. La nécessité se fait sentir de revenir toujours au cœur de la foi, comme un élément indispensable si nous voulons répondre aux appels du Christ et témoigner de sa parole au cœur du monde.

Jeudi dernier, il m’a été donné d’accueillir à l’évêché, les prêtres africains qui servent dans les paroisses du diocèse cet été. Interrogés sur ce qu’ils perçoivent comme points positifs et négatüs dans notre Eglise, ils nous ont redit l’importance de la formation, à tous niveaux, afin que les chrétiens soient des hommes et des femmes solides dans leur foi, éclairés, parce que le monde nous interroge.

Si les mages sont venus adorer Jésus à la crèche, c’est bien parce qu’ils étaient en recherche de lumière, pour éclairer leur chemin, en recherche de sens pour leur vie. Il peut y avoir des illuminations soudaines, il y a surtout la recherche fondamentale dans la lecture et l’approfondissement de la parole de Dieu, Il y a le temps donné à la prière personnelle et communautaire. Il y a le temps consacré à l’eucharistie.

Ce qui m’impressionne toujours en lisant cette page d’évangile de Matthieu pour ce 21° dimanche, c’est la réponse que fait Jésus à Pierre et la mission qu’il lui confie : « Tu es Pierre et sur cette Pierre, je bâtirai mon Eglise. Et la puissance de la mort ne l’emportera pas sur elle... Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux » : Responsabilité immense confiée à Pierre. Importance pour lui et pour ceux qui lui succéderont. Nous sommes renvoyés à cette profession de foi en Eglise.

J’ai aimé le message de Benoît XVI dimanche dernier, avant de rejoindre les J.M.J. « Je voudrais montrer aux jeunes que c’est beau d’être chrétien. L’idée est en effet largement répandue que le christianisme consisterait en une masse de commandements et d’interdits, de lois à observer, et que par conséquent ce serait quelque chose de pénible, de pesant. Je voudrais au contraire , faire voir clairement qu’être porté par un grand amour et une

grande connaissance, n’est pas un poids, mais que ce sont des ailes et que c’est beau d’être chrétien...Comme chrétiens, nous ne sommes jamais seuls : d’abord, Dieu est toujours avec nous, mais aussi parce que entre nous, nous formons toujours une grande communauté de route , qui a un projet pour l’avenir...

Avec Marie, femme de foi, Notre Dame de Bonne Nouvelle. avec le successeur de Pierre, Benoît XVI, avec les milliers de jeunes présents à Cologne, prenons le temps de répondre cette question : « Pour vous, qui suis-je ? » Amen

Le pot de l’amitié

|

Bonheur de se retrouver et soleil !

|

Version imprimable de cet article Version imprimable