Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 1345 Image N° 256 Image N° 2580 Image N° 1335
(256)Tu es Pierre, et sur cette pierre, je construirai mon Église, et la puissance de la mort ne pourra rien contre elle.
[D] 
(264)Quand il a fini de parler, il dit à Simon : « Avance là-bas où l eau est profonde, et jetez vos filets pour attraper du poisson. » 

Simon lui répond : « Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre. Mais tu nous dis de jeter les filets, je vais le faire. »
[D] 
(235)Ceci est mon corps, 

ceci est mon sang. 

Prenez et mangez-en tous
[D] 
(273)Mon Dieu et mon rocher, tu es pour moi un abri sûr.
[D] 

Accueil > Moments forts > Culture et foi > Session 2011 > La famille force d’humanisation et art de vivre - Conférence du 21 juillet (...)

La famille force d’humanisation et art de vivre - Conférence du 21 juillet 2011

Publié le vendredi 29 juillet 2011 , par Robert Gautheret

« La famille force d’humanisation et art de vivre »

Conférence du 21 juillet 2011 (èglise de Trébeurden)

Par Benoît Gosselin, diacre ; membre du foyer de charité de Tressaint, il s’est vu confier la mission d’animer une petite maison d’accueil pour personnes en recherche d’un nouveau souffle. Il est d’ailleurs délégué diocésain à la pastorale familiale. Benoît Gosselin est marié, père de deux enfants.

Fort de son expérience familiale, de son passé de formateur, de sa mission pastorale, Benoît dresse un tableau vivant, concret, de la famille d’aujourd’hui. Il récuse le PACS, puisque la famille suppose l’Alliance (la fidélité en découle), ainsi que le « mariage » homosexuel. Tout a changé ou presque dans la physionomie de la famille (travail des femmes, droit de – et à – l’enfant...) mais, en elle, résident les vraies valeurs de solidarité et de fraternité. C’est avec elle qu’on humanise la société ; chemin de croissance, elle est donc art de vivre. Causerie passionnante, Benoît reliant toujours la réalité la plus concrète (souffrances et désillusions de la famille, parfois) et l’idéal humain (et donc divin) le plus ennoblissant.

Version imprimable de cet article Version imprimable