Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 248 Image N° 256 Image N° 266 Image N° 469
(277)Nul n est trop loin pour Dieu.
[D] 
(282)Seigneur, fais de nous des ouvriers de paix
[D] 
(283)L émerveillement se cultive dans l intériorité du Christ
[D] 
(469)L espoir jaillit du rire d un enfant
[D] 

Accueil > Célébrer > L’onction des malades

L’onction des malades

Publié le dimanche 9 janvier 2005, mis a jour le dimanche 3 avril 2016

[RC] lande au couchant

Ce sacrement s’adresse aux personnes en difficulté de santé. A l’hôpital, un accompagnement peut être fait par les aumôniers.

On oublie souvent ce sacrement, car dans notre monde actuel, la maladie ou la mort se doivent d’être cachées. Pourtant, pourquoi ne pas mettre en pratique ce qu’ a dit l’Apotre St Jacques : " Quelqu’un d’entre vous est-il malade ? Qu’il appelle auprès de lui les anciens de l’Eglise, pour que ceux-ci fassent des prières sur lui, et les onctions d’huile au nom du Seigneur. La prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera. S’il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés". En toute sérénité, c’est vraiment un sacrement qu’il faut redécouvrir ! Jésus ne dit-il pas aux pharisiens : "Ce ne sont pas les bien-portants qui ont besoin de médecin, mais les malades." (Luc 5, 31)

A l’occasion de la maladie, l’onction des malades, c’est assumer le mystère de la maladie et de la mort au coeur de l’existence humaine. Ce mystère, vécu dans l’amour, a une signification comme le fut et le reste celui de la Croix du Christ.

Au cours de sa vie terrestre, Jésus a toujours manifesté aux malades un amour de prédilection, car il trouvait en eux les pauvres à qui il venait, en priorité, annoncer le message du salut. En guérissant certains d’entre eux, il montrait à tous sa sollicitude. Retourné près du Père, Jésus ne les abandonne pas. Comme membres de son Corps, les malades, communient plus intimement à son sacrifice rédempteur. Il les confie à la communauté des croyants. Il vient à eux dans les sacrements de l’Eucharistie et de la Réconciliation.

Mais aussi par le sacrement du réconfort, celui de "l’Onction des malades".

Outre les prières et la liturgie de la parole deux gestes symbôliques caractérisent ce sacrement :

L’imposition des mains

C’est le geste que faisait le Christ quand on lui amenait des malades. C’est le geste que les apôtres ont repris à leur tour. Toute la Communauté priant autour du malade est invitée à lui imposer les mains.

L’onction d’huile

le Bon Samaritain a pansé les plaies du blessé en y versant de l’huile. Les apôtres faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades et les guérissaient. L’onction d’huile est un signe de guérison de l’être tout entier, un remède d’immortalité de la part de Celui qui est venu pour guérir et sauver tous les hommes.

Version imprimable de cet article Version imprimable