Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 260 Image N° 293 Image N° 233 Image N° 471
(460)Un coeur sans amour est comme une rivière qui n a plus d eau pour abreuver ses rives
[D] 
(245)Comme l argile dans la main du potier qui la façonne selon son bon plaisir, ainsi les hommes dans la main de leur créateur.
[D] 
(560)Jésus s approcha, et fit route avec eux. 

Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
[D] 
(267)L homme dépasse l homme et sa trajectoire dépasse celle du visible.
[D] 

Accueil > Editos > L’édito de Laurent le Boulch

L’édito de Laurent le Boulch

Publié le lundi 31 août 2009 , par Corentin Penn

L’oreille et la langue

Dans la plupart des cas, sauf handicap mécanique, c’est la surdité qui provoque le mutisme. L’oreille a lié la langue. Bien avant d’être parlé, le langage est écouté. C’est parce qu’il parle en nous que l’on désire parler à son tour.

Tout est question d’abord de réception. Le langage nous précède et c’est, immergé dedans, que nous devenons les uns et les autres des êtres de parole. Ainsi dans l’évangile (Mc 7,31-37) Jésus guérit l’oreille avant la langue. Et le sourd entend et le muet parle. Guérir l’oreille et puis la langue. Il en est de même pour le disciple du Christ. Bien avant de savoir parler, il lui est demandé de savoir écouter. S’il ne sait pas écouter comment pourrait-il parler ?

J’ai encore en mémoire le témoignage d’un vieux moine qui, après 40 années de vie contemplative, se disait qu’enfin, peut-être, il lui était possible de parler de la prière sans dire trop de bêtises ! Je me méfie des langues trop pendues. Du besoin d’enseigner alors même qu’on n’a pas écouté grand-chose de la vie. J’ai quelques réticences à ces discours abondants au sujet de Dieu alors même que l’écoute impose pudeur et humilité. Il se trouve que, dans notre évangile, à peine Jésus a-t-il guéri l’homme de sa surdité et de son mutisme, qu’il ordonne à tous le silence ! C’est là une constante de la première partie de l’évangile de Marc, ce que les exégètes nomment " le secret messianique ".

D’une certaine manière, Jésus impose le silence, parce que le temps de l’écoute n’est pas encore suffisant. Avant de bien parler du Christ et de Dieu, il y a encore à entendre. Mais, raconte Marc avec humour, plus Jésus leur demandait de se taire et plus ils le proclamaient. C’est que, pour nous aussi, la langue pense si souvent se passer de l’oreille !

Que ce temps d’été soit donc profitable à notre oreille !

P. Laurent Le Boulc’h

Version imprimable de cet article Version imprimable