Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 233 Image N° 459 Image N° 475 Image N° 267
(251)Laisse ta lampe allumée 

Laisse ton coeur ouvert
[D] 
(238)A la sueur de ton visage, tu gagneras ton pain
[D] 
(258)Tout est sacré.
[D] 
(466)Toute la création parle de lui
[D] 

Accueil > Editos > L’amour de Dieu pour son peuple

L’amour de Dieu pour son peuple

Publié le jeudi 1er janvier 2015, mis a jour le jeudi 28 janvier 2016 , par Robert Gautheret

L’amour de Dieu pour son peuple

Nous venons de fêter Noël qui nous rappelle la naissance de Jésus dans une grotte de Bethléem en Judée. C’est un temps qui nous aide à contempler le mystère de Dieu humble venu dans notre humanité. L’incarnation n’a été possible que par le « Oui » de Marie mère de Dieu que l’Église nous propose de saluer le premier jour de l’an.

Dans l’histoire de la Nativité de Jésus, ce sont les bergers qui en sont les premiers témoins ; c’est-à-dire les pauvres parmi les pauvres. Ensuite Jésus se manifestera aux mages, des étrangers qui sont venus du bout du monde pour rendre hommage au nouveau-né et lui offrir des présents. La puissance de Jésus sauveur se déploie au mieux quand les pauvres sont reconnus dans leur dignité et quand les hommes, dans leurs diversités entrent en communion par la foi.

La fête de l’Épiphanie du Seigneur que nous célébrons le 4 janvier nous invite à cette dimension plus expansive de notre mission. Car la révélation du Christ ne prend tout son sens que dans la mesure où des hommes de tous les âges et de tous les pays sans distinction de race et de couleur deviennent unis dans la prière et l’adoration véritable.

Le baptême de Jésus, la descente du Saint-Esprit sur lui et la voix du Père qui s’est fait entendre viendront confirmer non seulement la mission du Fils, mais aussi manifestent la communion entre les trois personnes divines.

Puisse saint Thomas d’Aquin dont nous ferons mémoire vers fin janvier raviver en nous la flamme d’amour qui sommeille encore dans nos vies.

P. Edgard Dahoui

Version imprimable de cet article Version imprimable