Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 239 Image N° 274 Image N° 220 Image N° 278
(231)Pour le Seigneur, un jour est comme 1 000 ans, et 1 000 ans sont comme un jour.
[D] 
(241)Si tu passes à travers les eaux, je serai avec toi, à travers les fleuves, ils ne te submergeront pas. 

Si tu marches au milieu du feu, tu ne seras pas brûlé et la flamme ne te calcinera plus en plein milieu
[D] 
(1303)Par ta puissance invisible, Seigneur, tu accomplis des merveilles dans tes sacrements
[D] 
(286)Que ton nom soit sanctifié Que ton règne vienne...
[D] 

Accueil > Editos > L’Edito Février 2009 de Chilair Boncoeur

L’Edito Février 2009 de Chilair Boncoeur

Publié le dimanche 8 février 2009 , par Corentin Penn

Le travail est fait pour L’homme et non pas l’homme pour le travail

Dans le chapitre trois du livre de la Genèse le Seigneur Dieu dit à Adam au verset dix neuf « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » (Gn 3, 19). Malgré le contexte de ce verset, il ne saurait s’agir d’une malédiction. Il s’agit plutôt d’une bénédiction et d’une grande responsabilité, compatibles à la dignité de cet être, à sa liberté créatrice. Maintenant On vit dans un monde où l’on recherche constamment la facilité, on voudrait pouvoir tout faire facilement. On tombe dans la paresse, dans l’oisiveté, mère de tous les vices. On oublie que le travail ennoblit l’homme et que le bien mal acquis ne profite à personne.

L’Apôtre Paul qui fut un rude travailleur, a eu le courage d’affirmer que « celui qui ne travaille pas n’a pas le droit de manger » (2 Th 3, 10), sauf dans des cas d’handicaps majeurs qui doivent être pris en charge par la communauté dans des oeuvres de charité et de bienfaisance. Dans notre société moderne super développée où la technologie permet un train de vie d’opulence et de suffisance, on constate une production massive d’opportunités qui débordent les capacités d’absorption du marché. Cela ne veut pas dire pour autant que tout le monde puisse accéder aisément aux supermarchés.

Cette production massive par la machine laisse plusieurs bras au chômage. Et ces chômeurs forcés n’ont même pas accès au superflu et végètent dans la misère. C’est pourquoi à la globalisation du marché doit correspondre une économie de communion et de partage, une mondialisation de la solidarité. D’abord sur ce qui a trait au nouvel ordre économique mondial, l’Église propose un nouvel ordre moral international. L’Éthique doit précéder l’Économie. Le travail humain doit être régi par un code moral et juridique. « Le travail est fait pour l’homme et non pas l’homme pour le travail » L’idéologie marxiste qui réduit l’homme au simple « homo faber » devient inhumaine. Le travail est quelque chose de noble.

C’est pourquoi le Christianisme l’assume et le propose comme valeur fondamentale. Le travail humain continue l’oeuvre extraordinaire pour dominer la création et l’asservir. Et c’est à travers l’homme que la Création atteint sa perfection. Jésus, en travaillant de ses mains à l’atelier de l’artisan de Nazareth, a donné au travail humain toute sa dimension de plénitude et de gratitude dans le plan de Dieu. « L’Apôtre Paul, le tisserand, était fier de pouvoir gagner son pain à la sueur de son front. » (1 Th 2, 9).

C’est historiquement prouvé que le travail des moines a grandement contribué au développement matériel et spirituel de la société. La devise monacale de Saint Benoît : « ORA et LABORA » reste le meilleur style de vie spirituelle qui a traversé la nuit des temps pour parvenir jusqu’à l’époque moderne. « Travailler, c’est répondre à la condition humaine commune, et essayer de le vivre comme un chemin de croissance en Dieu et de communion avec les autres hommes et les autres femmes de la planète » dit soeur Jacoba, une ermite. Nous chrétiens du 21ème siècle, nous devons nous donner la main, conjuguer nos efforts pour aider les plus faibles, les pauvres et les petits dans leurs droits fondamentaux, pour satisfaire leurs besoins essentiels, bref un travail bien rémunéré et vivre dans la dignité et la liberté.

« Seigneur, fais de nous des artisans de paix ». « Seigneur fais de nous des bâtisseurs de la civilisation de l’amour et de la fraternité ». Soyons tous des hommes pacifiques, des frères et soeurs réconciliés et unis pour une société prospère et solidaire. Ce sera le fruit de notre travail et de notre générosité.

Mettons nous à l’oeuvre dès aujourd’hui. Ne remettons pas à demain ce que nous pouvons faire aujourd’hui. « A chaque jour suffit sa peine » dit l’adage évangélique (Mt 6, 34). Pour cette nouvelle année 2009, je vous souhaite du vrai, du beau et du bon. Que la grâce et la paix de Dieu soient toujours avec vous. Que vos esprits, vos coeurs et vos corps deviennent « 2000 fois plus 9 ! ».

Et que la vierge Marie, notre Mère puisse veiller sur nous et prier pour nous.

Jean Chilair BONCOEUR

Version imprimable de cet article Version imprimable