Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 270 Image N° 275 Image N° 466 Image N° 261
(476)En vérité, ma prière, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu.
[D] 
(471)Sans les autres, l individu ne peut pas être lui et devenir le sujet de sa propre vie
[D] 
(226)Merveilles, Merveilles, que fit pour moi le Seigneur.
[D] 
(461)Tout est à tous, mais vous êtes du Christ et le Christ est à Dieu
[D] 

Accueil > Editos > Entre prévoyance et confiance

Entre prévoyance et confiance

Publié le jeudi 3 septembre 2015, mis a jour le mardi 8 mars 2016

Entre prévoyance et confiance

Fin août, tous les journaux télévisés semblaient s’être concertés pour nous montrer des vacanciers qui pliaient bagage en disant avec une pointe de regret : « Il faut bien rentrer... ». La rentrée, c’est la reprise du travail, du chemin de l’école, de la ronde habituelle de nos activités diverses parmi lesquelles la vie paroissiale. Mais la rentrée se caractérise également par l’émergence de projets et de perspectives qui nous propulsent en avant. Nous faisons l’expérience, au moment de la rentrée, d’un étonnant mélange de recommencement et de nouveauté.

Pour aborder la rentrée, deux attitudes semblent s’opposer : la prévoyance et la confiance. Dans les évangiles, les deux options sont proposées par Jésus. D’un côté, il prône la prévoyance et la prudence quand il pose la question : « Quel est celui d’entre vous qui, s’il veut bâtir une tour, ne commence pas par s’asseoir pour calculer la dépense, pour voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ? » (Lc 14, 28). C’est l’attitude du sage, réaliste et pratique, qui vérifie et mesure les moyens dont il dispose pour entreprendre son ouvrage. D’un autre côté, Jésus invite à la confiance et à l’abandon : « les oiseaux du ciel ne sèment ni ne moissonnent… et votre Père céleste les nourrit. » (Mt 6,26). C’est l’attitude de l’homme de foi qui reconnait qu’il reçoit tout de Dieu, refusant de se laisser gagner par l’inquiétude.

Au moment où nous engageons dans une nouvelle année à la fois de travail, de vie familiale, de vie chrétienne, nous pouvons nous interroger sur l’attitude que nous devons adopter. Faut-il tout calculer ou faut-il tout lâcher ? Faut-il faire une confiance absolue à la providence, ou bien faut-il chercher à maîtriser le maximum de paramètres ? Sans doute un peu les deux ! En abordant cette nouvelle année, nous sommes invités à reconnaître la bienveillance de Dieu qui nous donne ce qu’il faut pour reprendre la route. Mais nous savons dans le même temps qu’il compte sur nous et sur notre engagement pour participer activement à son œuvre.

Dans quelques mois, à l’initiative de notre évêque Mgr Denis Moutel, le diocèse va s’engager dans un synode. Cette démarche collective, qui portera sur l’espérance, s’ouvrira au cours d’une grande célébration le 8 décembre prochain, en même temps que l’Année sainte annoncée par le pape François. Le 20 septembre, l’évêque publiera une lettre pastorale qui balisera le chemin sur lequel nous sommes invités à nous aventurer. Avec confiance et lucidité, nous chercherons les voies nouvelles à emprunter pour répondre aux appels du Seigneur et aux attentes des hommes de ce temps.

P. Hervé Le Vézouët

Version imprimable de cet article Version imprimable