Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 269 Image N° 236 Image N° 245 Image N° 267
(247)La foi est un long fleuve qui traverse les siècles.
[D] 
(1366)N ayez pas peur, ouvrez toutes grandes les portes au Christ
[D] 
(253)Je suis la vraie vigne et mon père est le vigneron.
[D] 
(221)L Éternel combattra pour vous ; 

et vous, gardez le silence.
[D] 

Accueil > Editos > En Avent… vers Noël !

En Avent… vers Noël !

Publié le vendredi 2 décembre 2016

En Avent… vers Noël !

Heureux chrétiens à qui l’Église propose, chaque année, de se mettre corps et âme en « Avent » car l’Écriture présente la venue du Messie comme un événement joyeux – imprévu certes, mais joyeux – comme est source de bonheur la venue de quelqu’un qu’on a longtemps attendu. L’entrée dans le temps de l’Avent n’est pas seulement l’occasion de remonter l’horloge de nos pratiques religieuses. Malgré le retour régulier, cyclique, des mêmes temps liturgiques, nous ne tournons pas en rond : la vie chrétienne est bien une « avancée », une marche vers le Royaume. Nous avançons vers celui qui vient à nous, et c’est pourquoi nous disons : « Que ton règne vienne ».

La liturgie résume d’un seul mot l’attitude qui doit être la nôtre durant ces quatre semaines – et au-delà - : « VEILLEZ » ! Veiller, ce n’est pas d’abord être sur ses gardes pour parer à un danger, - comme si la venue du Seigneur était une catastrophe - ; veiller, c’est entretenir en nous le désir d’une venue. « Je dors », dit la Bien-aimée du cantique des cantiques, « mais mon cœur veille ». Et s’il faut prier c’est avant tout pour nous maintenir dans cette attente humble et servante du Seigneur qui vient à Noël.

L’Avent est donc le rappel d’une promesse, et c’est pourquoi la liturgie fait résonner à nos oreilles l’offre de Dieu transmise par les prophètes et les Apôtres. Mais la liturgie nous donne aussi des guides, qui s’appellent Jean le Baptiste, Marie, Joseph, Paul le converti. Des guides, mais aussi des compagnons : sur la longue route qui nous mène à Dieu, nous ne sommes pas seuls.

Il s’agit d’accueillir ce qui nous est donné comme grâce. N’oublions pas : nous ne sommes pas maîtres des choses les plus belles ou les plus importantes. Elles viennent à nous comme une grâce, sans que nous les ayons méritées.
Ainsi en est-il de l’amour et de l’amitié.
Ainsi en est-il de la présence de Dieu en nos vies.

Nous ferions bien, au cours des semaines à venir, de prendre le temps de la prière et de la méditation, seul, en famille, ou en groupe, en nous fixant des rendez-vous avec Dieu. Et si nous n’arrivons pas à trouver chez nous le recueillement nécessaire, faisons retraite dans un monastère ou dans le silence de la nature qui nous entoure. Il n’y a pas de temps à perdre pour espérer. Le ressuscité vient à notre rencontre. Gardons donc nos lampes allumées pour accueillir le Seigneur qui vient à Noël, petit enfant de la crèche de Bethléem.

O ! Dont a ray hep pell dale Bugel e-touez e vugale.
Nerzh a roy dimp ha Sklerijenn mar karomp ober pinijenn.
O ! Il viendra sans long délai, Enfant parmi ses enfants.
Il nous donnera Force et Lumière si nous acceptons de faire pénitence.

Abbé Yann Talbot

Version imprimable de cet article Version imprimable