Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 1345 Image N° 295 Image N° 244 Image N° 461
(235)Ceci est mon corps, 

ceci est mon sang. 

Prenez et mangez-en tous
[D] 
(253)Je suis la vraie vigne et mon père est le vigneron.
[D] 
(267)L homme dépasse l homme et sa trajectoire dépasse celle du visible.
[D] 
(275)Tu rebâtiras les ruines anciennes.
[D] 

Accueil > Moments forts > Culture et foi > Session 2017 > Emmanuel Mounier et le personnalisme, hier et aujourd’hui

Emmanuel Mounier et le personnalisme, hier et aujourd’hui

Publié le jeudi 27 juillet 2017, mis a jour le mercredi 9 août 2017 , par Jean-Marc

Jacques Le Goff, universitaire, chroniqueur à Ouest-France et Président des amis d’E. Mounier a présenté la vie du philosophe (1905-1949), imprégné de catholicisme et de Péguy, souhaitant être en prise sur (tous) les évènements, au moins par la réflexion et la méditation.
Il est ainsi conduit à préférer la fondation d’une revue : « Esprit » à une carrière universitaire.
Autour de la revue, avec les rédacteurs, se développe le « personnalisme communautaire ».
Il s’agit de promouvoir la personne comme un être de relation, un mystère en permanent devenir et de dénoncer aussi bien l’individualisme ego-centré que les totalitarismes.
Quant au communautarisme, il vise, au quotidien, la dimension relationnelle constitutive de la personne.
C’est ainsi qu’avec des amis, il forme une petite communauté associant entre autres P. Ricoeur, J-M Domenach, H-I. Marrou.
La guerre, la « révolution nationale » l’occupation et la résistance vont mettre à l’épreuve les uns et les autres. Esprit ne paraitra pas de 1942 à 1945.
Mounier mourra subitement en 1949 mais la revue perdurera et le personnalisme inspirera nombre de personnes et personnalités politiques.

Vous pouvez accéder à la video en cliquant ici.


info portfolio

Version imprimable de cet article Version imprimable