Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 468 Image N° 283 Image N° 264 Image N° 1303
(276)Sur le pays de l ombre une lumière s est levée
[D] 
(275)Tu rebâtiras les ruines anciennes.
[D] 
(250)Le Père aime le Fils et il a tout mis dans ses mains. 

Celui qui croit au Fils a la vie avec Dieu pour toujours. 

Celui qui refuse de croire au Fils ne verra pas cette vie, mais la colère de Dieu restera sur lui
[D] 
(245)Comme l argile dans la main du potier qui la façonne selon son bon plaisir, ainsi les hommes dans la main de leur créateur.
[D] 

Accueil > Moments forts > Célébrations > Dimanche en chemin du 10 Janvier 2010

Dimanche en chemin du 10 Janvier 2010

Publié le jeudi 14 janvier 2010, mis a jour le vendredi 22 janvier 2010 , par Corentin Penn

Le dimanche en chemin du 10 janvier consacré au baptême du Christ

a vu se dérouler, outre les ateliers "jeunes", deux ateliers "adultes" ("l’eau" dans la Bible ; les sacrements de l’initiation chrétienne),

" le 2ième atelier s’est attaché à suivre dans la liturgie eucharistique les allusions permanentes au baptême, celui du Christ et donc le nôtre."

Histoire d’eau !!!!

Lecture explicative et méditative de l’évangile Lc 3, 15-16.21-22

 :

1. incarnation

« Le peuple venu auprès de Jean Baptiste était en attente,

et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Messie. » (Lc 3, 15)

A la différence des autres évangélistes, Ici, Luc ne dit rien du lieu, rien de la rencontre avec Jean…

Peser cette sobriété qui met alors en lumière que Jésus, baptisé lui aussi ,fait , ce jour-là, comme tout le peuple. Comme tout le monde. Il est, un parmi d’autres, dans la foule qui marque son désir de conversion.

Simplement avec son peuple. Avec tout homme qui veut prendre le bon chemin.

« Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau » (Lc 3, 16a)

2. L’eau. Le rite du baptême

2.1. Le baptême de Jean est symbole de purification,

C’est l’occasion de repérer dans les textes cet attribut donné à l’eau :

Dans la vie courante, l’eau lave purifie, nettoie, rend propre, enlève la saleté.

en termes religieux, elle purifie

2.1.1. dans l’Ancien testament

multiples rites de purification, en particulier après tout acte qui met en rapport avec la mort ou le sexe cf. :

- « Tout lit où s’est couché l’homme atteint d’écoulement est impur ; tout objet où il s’est assis est impur.

- Celui qui touche ce lit doit laver ses vêtements, se laver à l’eau, et il est impur jusqu’au soir.

- Celui qui s’assied sur l’objet où s’est assis l’homme atteint d’écoulement, doit laver ses vêtements, se laver à l’eau, et il est impur jusqu’au soir. » (Lv 15,4-6 )

- Ou encore : « Celui qui touche un cadavre, quel que soit le mort, sera impur sept jours. Il se purifiera avec ces eaux, le troisième et le septième jour, et il sera pur ; mais s’il ne se purifie pas le troisième et le septième jour, il ne sera pas pur. »( Nb 19,11-12)

- La fonction du prêtre est sacrée dans l’Ancien Testament et il doit être purifié avant son investiture.

-  »Tu feras approcher Aaron et ses fils de l’entrée de la Tente du Rendez-vous, et tu les laveras avec de l’eau. » (Ex 29:4)

lien entre pureté du corps et pureté du coeur

- « lavez-vous, purifiez-vous ! Otez de ma vue vos actions perverses ! Cessez de faire le mal,

- apprenez à faire le bien ! Recherchez le droit, redressez le violent ! Faites droit à l’orphelin, plaidez pour la veuve ! » (Is 1:16-17)

le pardon des péchés est de ce fait une des significations principales du baptême

les disciples reprennent ce baptême

« Pierre leur répondit : " Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint Esprit. » (Ac 2:38)

mais depuis la mort et la résurrection du Xt, c‘est au nom de J.C. que Pierre peut annoncer un baptême de repentir et de pardon

2.2. saducéens, pharisiens esseniens.

(mot sur l’importance des rites de purification chez eux)

3. Mais voilà qu’il annonce un autre baptême…

« il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu. » (Lc 3,16b)

déjà, on n’est plus au temple pour se purifier,on n’a plus besoin d’offrir des sacrifices

Ca c’est nouveau avec Jean baptiste !

Et notez que les évangélistes ne nous montrent jamais Jésus en train d’offrir un sacrifice, ...sinon lui !

’(il est prêtre, et nous à sa suite !!!) cf aussi Jn 3,22-30

« Après cela, Jésus vint avec ses disciples au pays de Judée et il y séjourna avec eux, et il baptisait.

Jean aussi baptisait, à Aenon, près de Salim, car les eaux y abondaient, et les gens se présentaient et se faisaient baptiser. Jean, en effet, n’avait pas encore été jeté en prison. Il s’éleva alors une discussion entre les disciples de Jean et un Juif à propos de purification : ils vinrent trouver Jean et lui dirent : " Rabbi, celui qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise et tous viennent à lui ! " Jean répondit : " Un homme ne peut rien recevoir, si cela ne lui a été donné du ciel.

Vous-mêmes, vous m’êtes témoins que j’ai dit : "Je ne suis pas le Christ, mais je suis envoyé devant lui. "

Qui a l’épouse est l’époux ; mais l’ami de l’époux qui se tient là et qui l’entend, est ravi de joie à la voix de l’époux. Telle est ma joie, et elle est complète. Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse ». (Jn 3:22-30)

3.1. le baptême mime l’immersion dans la mort du Christ,

le danger mortel couru par l’homme qui se trouve soudain englouti

sous les eaux. En ressortira-t-il vivant ?

Tout dépend de celui qui est à ses côtés, de celui qui l’a entraîné dans l’aventure…

En imagination (mieux : dans ma baignoire, à la piscine !)

—  surtout si je partage la hantise biblique des fonds marins —

je me représente une prison liquide qui peut devenir mon tombeau

(penser au tsunami !)

penser encore

- au déluge (Gn 7,17-22),

- au passage de la mer rouge cf Ex 15,9-10,

- à la tempête apaisée

c’est un passage obligé

Jésus leur dit : " Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire et être baptisés du baptême dont je vais être baptisé ? " Ils lui dirent : " Nous le pouvons. " Jésus leur dit : " La coupe que je vais boire, vous la boirez, et le baptême dont je vais être baptisé, vous en serez baptisés ; quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m’appartient pas de l’accorder, mais c’est pour ceux à qui cela a été destiné. " Mc 10:38-40

remarquer qu’on a aussi ce vocabulaire dans le langage courant :

(je peux être plongé dans mes pensées, noyé par le travail, submergé par le chagrin !)

3.2. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint

« après avoir été baptisé lui aussi, alors le ciel s’ouvrit.

L’Esprit Saint descendit sur Jésus, sous une apparence corporelle, comme une colombe » (Lc 3,21-22a)

A cause du « comme une colombe », que d’artistes tiennent à déguiser l’Esprit en Oiseau Blanc !

Or, s’il y a « comme », c’est justement parce qu’aucune image ne saurait convenir.

L’eau c’est le lien dira St Irénée.

« Car, comme de farine sèche on ne peut, sans eau, faire une seule pâte et un seul pain, ainsi nous, qui étions une multitude, nous ne pouvions non plus devenir un dans le Christ Jésus sans l’Eau venue du ciel. Et comme la terre aride, si elle ne reçoit de l’eau, ne fructifie point, ainsi nous-mêmes, qui n’étions d’abord que du bois sec, nous n’aurions jamais porté du fruit de vie sans la Pluie généreuse venue d’en haut. Car nos corps, par le bain du baptême, ont reçu l’union à l’incorruptibilité, tandis que nos âmes l’ont reçue par l’Esprit. C’est pourquoi l’un et l’autre sont nécessaires, puisque l’un et l’autre contribuent à donner la vie de Dieu. »

L’eau qui glisse entre les doigts : on ne peut pas mettre la main sur Dieu

3.3. Intérêt du baptême de Jésus

(voir aussi feuille St Irénée)

Du coup on comprend l‘intérêt du baptême de Jésus :

Faire comme tout le monde, être proche de ceux qui veulent se convertir,

Mais aussi recevoir l’E.S. pour apporter le salut.

Cf évangile (Lc 4, 14-22a) (une homélie qui coule de source !!!!!) :

« Jésus retourna en Galilée, avec la puissance de l’Esprit, et une rumeur se répandit par toute la région à son sujet. Il enseignait dans leurs synagogues, glorifié par tous. Il vint à Nazara où il avait été élevé, entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il trouva le passage où il était écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction, pour porter la bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé annoncer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer en liberté les opprimés,

proclamer une année de grâce du Seigneur. Il replia le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous dans la synagogue tenaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : " Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Écriture. " Et tous lui rendaient témoignage et étaient en admiration devant les paroles pleines de grâce qui sortaient de sa bouche. » Lc 4:14-22

Les apôtres ensuite auront pareil : recevez l’E.S.

Merveille de l’incarnation :

« Dieu s’est fait homme ....... pour que l’homme soit fait Dieu » St Irénée

« Comme cette eau se mêle au vin du sacrement de l’alliance,

puissions nous être unis à la divinité de celui qui a pris notre humanité »

4. des pistes pour repartir :

4.1. prière

« Comme tout le peuple se faisait baptiser et que Jésus priait,

après avoir été baptisé lui aussi, alors le ciel s’ouvrit » (Lc 3,21)

au centre il y a la prière du Christ !!!!

4.2. filiation

par l’eau du baptême je suis devenu enfant de Dieu

« C’est toi mon Fils, en toi j’ai mis tout mon amour... » (Lc 3,22)

Douceur de ce qui se dit au Jourdain, de la part d’un Père plein d’amour

à qui tout à l’heure, à la messe, nous allons répondre « notre Père » !!!!

Amour fou ; cf François Varillon => explication sur engendré/en toi j’ai mis tout mon amour

4.3. qu’as-tu fais de ton baptême

Jésus n’a pas gardé pour soi la douceur et la joie d’être Fils,

il m’offre son Père, aux côtés d’une multitude de frères et de soeurs.

(on retrouve ici le « lien » évoqué par St Irénée)

« C’est toi mon Fils, moi aujourd’hui je t’ai engendré. » (Lc 3,22)

cf J.P. II : « qu’as-tu fais de ton baptême ? »

Pourquoi ne pas me remémorer tous les baptêmes auxquels j’ai pu assister

retrouver tous ces prénoms de baptisés entrés dans la grande famille de Dieu ?

Mes enfants ? Mes filleuls ? mes neveux et nièces ? mes petits enfants ? les enfants de mes amis ?


Explication de l’Icone de la Théophanie

L’icône de l’Epiphanie représente symboliquement le baptême du Christ au Jourdain, et illustre également certains textes scripturaires concernant le rôle de l’eau comme instrument et de la création du monde, et du salut de l’humanité.

En la personne de Jésus-Christ, qui n’a pas connu le péché, le baptême n’est évidemment pas octroyé, comme dans notre cas " pour la repentance ", " en vue de la rémission des péchés" (Actes 2/38).

Traversant la croûte terrestre, le Christ pénètre dans un "tombeau liquide", ce trou noir, lieu du "schéol" ou séjour des morts.

Son baptême est essentiellement un passage dans la mort et la résurrection, comme le sera, à sa suite, notre propre baptême, ainsi que l’explique saint Paul : "Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, afin que, comme Christ est ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie " (Rom. 6/4). De plus, l’entrée du Christ dans le Jourdain a déclenché une véritable Pentecôte personnelle, la première manifestation du Dieu trinitaire.

"Dans ton baptême au Jourdain, Seigneur, s’est manifestée l’adoration de la Trinité... "

On peut faire, de l’icône, d’abord une lecture verticale : la déchirure du ciel, toujours en arc de cercle, annonce le mouvement théophanique, la présence du Père qui désigne le Fils ("Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection", Mat. 3/18), et laisse filtrer le triple rayon, avec la colombe à mi-course, porteuse de l’amour du Père envers le Fils, comme de l’amour du Fils envers le Père. La colombe nous reporte au début de la Genèse, où l’Esprit se mouvait sur les eaux à l’aube de la création, tout comme ici, elle descend à l’aube de la création d’une humanité nouvelle.

<diapo1064>

info portfolio

Version imprimable de cet article Version imprimable