Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 262 Image N° 271 Image N° 533 Image N° 259
(253)Je suis la vraie vigne et mon père est le vigneron.
[D] 
(285)C est la gloire de mon Père que vous portiez beaucoup de fruit et deveniez mes disciples.
[D] 
(265)Tu es la lampe de mes pas.
[D] 
(238)A la sueur de ton visage, tu gagneras ton pain
[D] 

Accueil > Moments forts > Célébrations > Dimanche 6 juillet 2014 : Pardon de St Uzec

Dimanche 6 juillet 2014 : Pardon de St Uzec

Homélie du père Hervé et quelques photos du pardon.

Publié le mercredi 9 juillet 2014

14ème dimanche du temps ordinaire – Année A



        « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous procurerai le repos ».


Dans l’évangile d’aujourd’hui, nous entendons Jésus nous promettre le repos, et ça tombe bien en ce début de période de vacances. Au cœur d’une vie souvent agitée, nous aspirons de temps en temps au repos, à marquer la coupure, à souffler, à se ressourcer…. Et puis, nous avons tant de choses à porter : le poids de notre travail, de nos responsabilités, de nos inquiétudes pour nous-mêmes ou nos proches. A quoi peut s’ajouter aussi le fardeau de l’âge, des soucis de santé, ou peut-être le tiraillement de veilles blessures intérieures qui ne sont toujours pas cicatrisées. Il y a des moments, comme on dit, où on en a vraiment « plein le dos ». Quelle bonne chose d’entendre Jésus nous promettre du repos !


Habituellement, nous espérons le repos comme l’éloignement des inquiétudes, des tensions, des soucis sans pour autant les supprimer. Il est possible de vivre tout cela avec une certaine paix, si nous croyons que l’amour de Dieu nous accompagne sur nos routes et nous donne confiance en la victoire de la vie. Nos maladies, nos échecs, nos souffrances ne sont pas voulues par Dieu, pas plus que la croix du Christ dressée par les hommes. Mais Dieu fait jaillir la vie, au cœur même de l’épreuve. Alors notre fardeau peut devenir plus léger. La bonne nouvelle, c’est que le Christ nous accompagne dans la traversée de l’épreuve ; nous ne sommes pas seuls.


En envoyant son fils dans notre monde, Dieu n’est pas venu supprimer la souffrance et le mal ; Il a assumé notre condition humaine pour la libérer du mal qui nous accable. Il choisit de porter avec nous nos souffrances.


Quand Jésus parle de "mon joug", c'est comme pour les boeufs. On met deux boeufs sous le même joug. Pesante la charrue, et lourde la terre que les bœufs doivent retourner. C’est la charrue qui est lourde, le joug ne l’est pas particulièrement. Toute la fonction du joug au contraire est de permettre aux bœufs de tirer la charrue sans se fatiguer inutilement, en s’y mettant à deux !


Le Christ nous invite à nous mettre sous le même joug que lui, à tirer avec lui, ou plus précisément, à lui permettre de tirer avec nous. Le mot "conjugal" a la même racine que le mot "joug". Qu'est-ce qu'un couple ? Un homme et une femme qui font "attelage" pour avancer ensemble….


Notre vie est marquée de moments d’épreuve, mais aussi de moments de joie, où la vie nous semble plus légère, plus rayonnante, plus paisible. C’est ce que nous révèle Jésus. Après s’être durement heurté aux scribes et aux pharisiens, il se tourne vers son Père pour lui adresser une prière de louange et le remercier. Alors que ceux qui croient tout savoir sont fermés à la parole de Jésus, la bonne nouvelle est bien reçue par les petits, les simples, ceux qui ont un cœur de pauvres : « Père…ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père tu l’as voulu ainsi dans ta bonté… »


Regarder à la manière de Jésus, c’est regarder avec les qualités du cœur de Jésus « doux et humble de cœur » : Douceur et humilité nous mettent dans cette attitude d’écoute, de réceptivité, qui nous permet d’être attentifs à l’autre, de savoir l’écouter, l’accueillir….


Tous ces moments de vie partagés, tous ces visages que nous rencontrons pendant cette période de vacances, présentons-les à Dieu dans notre prière. A la suite de Jésus, prions le Père, proclamons sa louange, remercions-le pour tout ce qu’il nous donne de vivre durant l’été ; nous pouvons aussi lui confier les moments plus difficiles avec cette certitude qu’il nous accompagne, qu’il nous soutient pour traverser les épreuves.


AMEN 


Première lecture
Psaume
Seconde lecture
Évangile
Homélie
Prière Universelle

info portfolio

Première lecture Psaume Seconde lecture Évangile Homélie Prière Universelle
Version imprimable de cet article Version imprimable