Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 460 Image N° 293 Image N° 275 Image N° 225
(560)Jésus s approcha, et fit route avec eux. 

Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
[D] 
(236)Il y eut un soir, il y eut un matin... Ce fut le premier jour
[D] 
(239)Là où se trouve la haine, Que nous apportions l Amour...
[D] 
(246)Les constructions humaines s effritent, celles de Dieu demeurent.
[D] 

Accueil > Moments forts > Célébrations > Dimanche 31 mai 2015 : Pardon de la Sainte Trinité

Dimanche 31 mai 2015 : Pardon de la Sainte Trinité

Publié le dimanche 31 mai 2015, mis a jour le jeudi 28 janvier 2016 , par Jean-Marc

Homélie pour la solennité de la Trinité 31 mai 2015

Signe de croix.

Ces versets d’Évangile que nous venons d’entendre, sont les derniers de l’Évangile de Matthieu, et dans la dernière ligne, le Christ nous donne à entendre le nom de la Trinité que nous célébrons aujourd’hui. Ce nom est unique, c’est le nom de Dieu. Lorsque nous traçons sur nous le signe de croix, il nous faut bien entendre que le nom est au singulier, il ne s’agit pas de plusieurs dieux, mais bien d’un seul.

Le Père est le créateur, celui qui est au ciel, il est l’amour créateur.

Mais s’il y a un Père, c’est-à-dire qu’il y a au moins un Fils. Le Fils, c’est celui qui descend du ciel pour nous manifester l’amour du Père, pour nous dire sa Parole. Il est l’amour incarné.

Le Saint Esprit nous le nommons en reliant nos deux épaules. Les épaules sont le point d’ancrage des bras, la source de l’action. Il est celui qui relie le Père et le Fils. Il est l’amour/relation, l’amour/communion. Il fait aussi la communion entre les hommes.

Il s’agit de trois personnalités de l’amour, mais c’est toujours l’amour unique !

Cette solennité de la Trinité nous dit que Dieu n’est pas seul, il est relation. Ce n’est pas un Dieu isolé dans son ciel. Il est relation d’amour avec le Fils, mais aussi avec la création toute entière. Ce désir de relation, nous le découvrons en regardant et écoutant Jésus nous parler du Père. Dieu veut aimer le monde, parce qu’il est amour.

De même c’est aussi en écoutant Jésus, que nous découvrons qu’il nous parle d’une troisième personne, celui qu’il appelle l’avocat, le défenseur, le paraclet. Et on découvre qu’il est aussi Dieu, qu’il vient de Dieu.

Le Credo de Nicée-Constantinople nous dit qu’il procède du Père et du Fils. C’est un mot technique mais qui signifie cette unité de l’Esprit avec le Père et le Fils. Il n’est pas une divinité à part, il est la vie qui vient du Père et du Fils, il est l’amour de Dieu dans le monde.

Les lectures d’aujourd’hui nous disent cette découverte progressive de Dieu. Dans le deutéronome, nous entendons la révélation de Dieu à Moïse, un Dieu qui se révèle comme créateur et tout puissant, et qui se rend aussi présent au monde.

Avec la lettre de st Paul aux Romains, nous découvrons un Dieu qui fait de nous ses enfants, par le don de l’Esprit. C’est la relation horizontale qui est alors manifestée. L’Esprit nous fait entrer dans une relation fraternelle avec tout homme. Bien sur il y a le dernier verset de cette lecture qui peut nous gêner un peu : « si du moins nous souffrons avec lui… »

On n’aime pas trop souffrir, mais pour une fois j’ai une réponse pas trop tarabiscotée. Il s’agit en fait d’un problème de traduction.

St Paul ne nous invite pas à chercher la souffrance, mais plutôt à nous rappeler qu’après les souffrances du tant présent, nous serons associés à la résurrection du Christ.

C’est dans cette résurrection que le Christ envoie ses disciples baptiser le monde entier. Soyons témoins de ce Dieu amour, ce Dieu trinité.

La Trinité, c’est le Père qui nous aime, le Fils qui manifeste cet amour, l’Esprit qui le rend présent en nos vies.


Version imprimable de cet article Version imprimable