Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 240 Image N° 250 Image N° 312 Image N° 254
(466)Toute la création parle de lui
[D] 
(471)Sans les autres, l individu ne peut pas être lui et devenir le sujet de sa propre vie
[D] 
(265)Tu es la lampe de mes pas.
[D] 
(283)L émerveillement se cultive dans l intériorité du Christ
[D] 

Accueil > Moments forts > Célébrations > Dimanche 31 août - Pardon de St Golgon

Dimanche 31 août - Pardon de St Golgon

Homélie du père Guillaume de Montgolfier et quelques photos

Publié le lundi 1er septembre 2014, mis a jour le jeudi 28 janvier 2016 , par Jean-Marc

Homélie pour le pardon de st Golgon 31 août 2014

Dans cet Évangile nous entendons la suite de celui de dimanche dernier, dans lequel nous avions vu Pierre reconnaitre avec fougue, en Jésus, le Messie le Fils de Dieu. A la suite de cette reconnaissance, le Christ montre à ses disciples qu’il faut comprendre de manière juste ce que cela veut dire. Le Messie était annoncé depuis des siècles par les prophètes, et à force il avait fini par prendre pour les juifs l’image d’un libérateur glorieux mais bien terrestre. Un héros puissant qui viendrait délivrer le pays des occupants.
Face à cette image qui n’est pas celle de la volonté de Dieu, le Christ apporte deux réponses :
Tout d’abord, il interdit à ses disciples d’annoncer qu’il est le Messie parce que pour le connaitre en vérité, il faut le rencontrer dans le cœur à cœur, et ne pas s’arrêter à une image toute faite, d’un héros glorieux, mais lointain.
Ensuite il prend le temps de leur faire comprendre qu’il doit passer par la mort, avant de ressusciter. Pour pouvoir dépasser leurs a priori, les disciples ont besoin de temps, ils ont besoin de se laisser bousculer par l’amour pour comprendre que le Messie doit passer par la croix, qu’il ne peut affronter la violence que par l’amour, le don de soi.
Ce message de l’amour est difficile à admettre, même pour nous aujourd’hui, aussi on peut comprendre la réaction de Pierre. Il a reconnu en Jésus un homme important pour sa vie, il a tout quitté pour le suivre, et voilà que le Christ lui annonce qu’il faudra aussi se séparer de lui, c’en est trop pour Pierre.
C’est pourquoi Jésus met en garde Pierre avec force, il veut ainsi l’inviter à franchir une étape de plus dans l’amour. Pierre aime Jésus d’un amour encore trop intéressé, trop possessif, il lui faut apprendre que l’amour véritable ne retient pas, ne possède pas, il se donne tout entier.
Pierre a reconnu que Jésus est le Messie, qu’il est pour lui la source de la vie, mais il lui faut comprendre qu’il ne peut retenir cette vie pour lui seul.
C’est pourquoi Jésus montre à ses disciples que pour le suivre, il faut prendre sa croix.
Prendre sa croix, c’est accepter de ne pas dépendre de soi même, accepter de perdre sa vie pour le Christ.
Alors que nous fêtons ici St Golgon (et st Dorothé), ils sont pour nous deux exemples de personnes qui ont mis en application cet appel du Christ.
Ils ont choisi de tout perdre plutôt que de renier leur foi au Christ.
Lorsqu’on l’a rencontré et que l’on a compris qu’il est la vie, on ne peut plus se couper de lui. En donnant leurs vies, ils ont reçus la vie éternelle, la vie en Dieu.
Aujourd’hui encore il y a des martyrs, les chrétiens d’Irak en sont un exemple vivant et actuel. Ceux qui ont fuient leur maison, ont choisi de tout laisser plutôt que de renier leur foi.
Pour beaucoup les mots : « tout quitter », ont pris un sens radical, ils se sont retrouvés sur la route sans rien.
Ils ont compris cette parole du Christ, « quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il le paye de sa vie ? ».
Et nous comment allons nous répondre à cette exigence de la foi ?
Quelle réponse donnerions-nous si nous étions confrontés à cette question cruciale ?
C’est pourquoi il est important d’entendre régulièrement la question que le Christ nous pose : pour vous qui suis-je ? et si nous pouvons dire qu’il est la vie alors il nous faut en tirer les conséquences pour notre existence.

Par chance nous n’avons pas à choisir entre notre foi et notre vie, mais nous pouvons pourtant rencontrer des questions dérangeantes dans notre société. Que ce soit autour de la fin de vie, du mariage pour tous, de l’éducation des enfants, de choix de société, est-ce que nous préférons garder notre petite tranquillité, ou bien nous positionner avec clarté lorsque des paroles contre la foi se font jour devant nous ?
Osons-nous choisir le Christ malgré le risque de la croix ?
Demandons la prière de St Golgon et st Dorothée pour y parvenir, recevons dans l’eucharistie la vie que Dieu nous donne en abondance, pour nous mettre à sa suite.


info portfolio

Version imprimable de cet article Version imprimable