Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 533 Image N° 285 Image N° 264 Image N° 459
(270)Chacun de nous est le fruit d une pensée de Dieu. Chacun de nous est voulu, chacun est aimé, chacun est nécessaire
[D] 
(248)Entre Tes mains, je remets Seigneur mon esprit 

Entre Tes mains, je remets ma vie
[D] 
(241)Si tu passes à travers les eaux, je serai avec toi, à travers les fleuves, ils ne te submergeront pas. 

Si tu marches au milieu du feu, tu ne seras pas brûlé et la flamme ne te calcinera plus en plein milieu
[D] 
(560)Jésus s approcha, et fit route avec eux. 

Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
[D] 

Accueil > Moments forts > Culture et foi > Session 2011 > Comment vivre en chrétien dans un monde sans Dieu : Dietrich Bonhoeffer (...)

Comment vivre en chrétien dans un monde sans Dieu : Dietrich Bonhoeffer 1906 - 1945 - 3ème Causerie de la session « culture et foi » 25 juillet 2011

Publié le vendredi 29 juillet 2011 , par Robert Gautheret

3ème Causerie de la session « culture et foi » 25 juillet 2011 (èglise de Trébeurden)

« Comment vivre en chrétien dans un monde sans Dieu :
Dietrich Bonhoeffer 1906 - 1945 »

Bernard Paillot présente en « expert » (médecin retraité, il poursuit à Rouen des études de théologie) de sa riche pensée, le pasteur Bonhoeffer, victime de sa foi et de sa résistance aux nazis. Enfin un théologien qui dans la tourmente de l’histoire nous introduit à une véritable dynamique du Salut : renoncer à la nostalgie d’une chrétienté illusoire ; éviter l’apologétique si prisée autrefois de la faiblesse et de la culpabilité. Dieu est à retrouver là où est l’homme dans l’action et la vie concrète, debout et parmi les frères, heureux ou malmenés. Toute cette théologie, si bien développée par B. Paillot, a été pensée non dans la quiétude d’un bureau mais dans la cellule d’un captif à l’avenir incertain. Dans un monde devenu « majeur », comme dit Bonhoeffer, Dieu ne va plus de soi, mais exige pourtant de résider au centre de l’existence humaine.

Encore une belle causerie, pleine de conviction et pénétrée de la connaissance intime d’une œuvre courte mais « libérante ». Nota : le recueil qui rassemble la correspondance de Bonhoeffer s’intitule « Résistance et soumission ».

A méditer pour finir, de Bonhoeffer lui-même : « Celui-là seul qui crie en faveur des Juifs a le droit de chanter du grégorien ».

Version imprimable de cet article Version imprimable