Paroisse Pleumeur Bodou : aller au sommaire
Paroisse de Pleumeur Bodou
Quatre photos cliquables pour prier...
Image N° 258 Image N° 293 Image N° 227 Image N° 235
(246)Les constructions humaines s effritent, celles de Dieu demeurent.
[D] 
(249)Au même instant, ce fut comme si des écailles tombaient des yeux de Saul et il vit de nouveau. 

Alors il se leva et fut baptisé,
[D] 
(476)En vérité, ma prière, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu.
[D] 
(1303)Par ta puissance invisible, Seigneur, tu accomplis des merveilles dans tes sacrements
[D] 

Accueil > Editos > Christ est ressuscité - l’édito de Yann Talbot

Christ est ressuscité - l’édito de Yann Talbot

Publié le samedi 3 avril 2010 , par Corentin Penn

Christ est ressuscité

On ne voit pas souvent des gens courir dans les Évangiles… (il y a deux exceptions, Zachée qui court pour voir Jésus et la Samaritaine qui court vers son village pour annoncer qu’elle a rencontré le Messie). Ce genre de détail semble échapper aux évangélistes. Jésus attirait des foules, des gens ont dû courir pour le rejoindre, mais cela n’est pas mentionné…

Par contre en cette fête de Pâques nous découvrons une course, celle de Pierre et de Jean se dirigeant au tombeau après que des femmes soient venues leur annoncer : « On a enlevé le Seigneur du tombeau ». Ils courent alors pour vérifier que le tombeau est vraiment vide comme le leur ont dit des femmes ; une inspiration plus profonde les pousse, les entraine.

Pierre et Jean n’étaient pas des athlètes, mais en ce premier jour de la semaine il semble qu’ils aient des ailes. Quelque chose les pousse vers le tombeau, quelqu’un plutôt, que l’on pourrait nommer l’Esprit Saint.

Ils courent parce qu’un nouveau dynamisme s’est manifesté, celui de la Résurrection. Ils ne savent pas encore que Jésus est ressuscité, mais déjà le souffle du Dieu vivant leur chuchote.

Nous sommes ressuscités avec le Christ nous dit l’apôtre Paul. Et aujourd’hui des chrétiens qui croient au Christ ressuscité font preuve de ce dynamisme qui les emporte. Ce dynamisme concerne déjà la condition physique : quand on voit tous ces pèlerins qui se mettent à marcher sur la route de Compostelle, il est légitime de penser qu’un élan surnaturel les y ont poussés. Mais plus profondément nous connaissons des chrétiens engagés dans d’innombrables actions caritatives ou humanitaires, se surpassant dans la suite du Christ.

Un autre élan s’empare aussi des apôtres ; l’élan de la parole. À partir du moment où ils ont reconnu que Jésus était ressuscité, ils se sont mis à le proclamer ; ils ont fait jaillir le Kérygme1, cette annonce primordiale qui résume en quelques mots le mystère de la Foi naissante : « Ce Jésus que vous aviez crucifié, Dieu l’a ressuscité des morts, nous en sommes témoins » proclame Pierre le jour de la Pentecôte. « Jésus de Nazareth, Dieu l’a consacré par l’onction, il faisait du bien car Dieu était avec lui… ils l’ont fait mourir en le pendant au bois du supplice. Et voici que Dieu l’a ressuscité le troisième jour, il lui a donné le pouvoir de se montrer, non pas à tout le peuple, mais aux témoins que Dieu avait choisis d’avance. »

Les apôtres deviennent alors des témoins : ils ne proclament pas une parole en l’air, ils ne prononcent pas des discours conventionnels, ils s’engagent au contraire dans la parole qu’ils proclament.

Aujourd’hui encore le Christ ressuscité suscite des témoins. Mais nous nous méfions à juste titre des beaux parleurs, de ceux qui parlent haut et fort mais dont la parole semble plaquée ; les télé-évangélistes américains ne nous apparaissent pas toujours comme les meilleurs témoins de la Résurrection. Mais il existe de nombreux prédicateurs souvent méconnus qui ont cette grâce de prononcer une parole qui soit une Bonne Nouvelle pour le monde d’aujourd’hui. Nous connaissons tous des chrétiens laïcs, des religieux, des prêtres qui savent prononcer une parole de vie ajustée aux circonstances : il nous est possible de redonner l’espérance à des personnes meurtries par un deuil, écrasées par la souffrance, révoltées par l’injustice.

Si la mort de Jésus en croix est un évènement que l’on peut assez nettement dater dans l’histoire, sa résurrection par contre est un évènement présent, toujours actuel.

Depuis plus de deux mille ans les chrétiens se transmettent le message de génération en génération :

ADSAVET EO AN AOTROU KRIST,

Christ est ressuscité, Alléluia !

Abbé Yann Talbot

1 - Kerygme (du grec kerygma : proclamation, message) : ce terme a été utilisé pour désigner le contenu essentiel de la foi en Jésus-Christ annoncée et transmise aux non croyants par les premiers chrétiens.

Version imprimable de cet article Version imprimable